Brèves de confinement : la série positive sur Les Plus Beaux Villages de France
arrowdropmenucross

Brève de confinement #1
Les Plus Beaux Villages de France : Avant tout, des espaces de vie solidaires

On l’aurait presque oublié… Avant d’être des destinations prisées des amoureux de patrimoine à la campagne, Les Plus Beaux Villages de France sont "aussi" des lieux de vie où solidarité et esprit d’initiative jalonnent le quotidien. Une façon de vivre que la crise sanitaire actuelle n’a fait que renforcer.

Eus (Pyrénées-Orientales) : Quand la mairie se fait service de livraison à domicile !

Ainsi, à Eus, village catalan perché face au mont Canigou, la commune s’est très vite mobilisée pour subvenir aux besoins des habitants : "Chaque jeudi, avec les agents municipaux et quelques bénévoles, nous nous équipons de protections et faisons les courses pour les personnes âgées ou qui ne peuvent pas se déplacer. Nous récupérons leur liste à la porte de leur maison et leur déposons leur commande de la même manière pour éviter les contacts. Cela représente de 15 à 20 paniers chaque semaine", raconte le maire, José Montessino. Deux habitantes du village se sont par ailleurs lancées dans la confection de masques que la municipalité se charge, là aussi, de distribuer, en priorité aux personnes les plus exposées. A la solidarité s’ajoute la reconnaissance : à l’entrée du village, une banderole(notre photo ci-dessus) accueille par des remerciements tous ceux qui, des producteurs locaux aux personnels soignants en passant par les services municipaux, permettent aux habitants de vivre une vie « quasi » normale…

Barfleur (Manche) : Garder le contact

Bien qu’épargné jusque-là sur le plan sanitaire, le village de Barfleur se doit comme partout de respecter les règles de distanciation sociale. Mais dans ce "joli port de pêche" situé à l’extrémité Est du Cotentin, pas question de faire rimer confinement avec isolement ! Le Maire de la commune, Michel MAUGER, témoigne : "Nous avons constitué un groupe de volontaires qui appelle les personnes seules de plus de 67 ans par téléphone. Pourquoi 67 ans ? Car c’est l’âge où l’on peut participer au repas annuel des Aînés offert par le CCAS et nous avons la liste correspondante. L’idée est de leur faire un brin de causette pendant 20 à 30 minutes". A Barfleur comme à Eus, on est conscient des efforts consentis par les personnels soignants, particulièrement sollicités et exposés, ainsi que par les commerces et services qui maintiennent leur activité dans des conditions difficiles. Pour leur témoigner gratitude et encouragement de la part de la commune, plusieurs membres du Conseil Municipal ont confectionné des panneaux de remerciements, installés en bonne place dans les devantures de magasins.

Yèvre-le-Châtel (Loiret) : Le pain – quasi – quotidien !

Difficile, dans notre culture française, d’imaginer un repas sans pain ! Entre Beauce et Gâtinais, entouré de champs de blés, Yèvre-le-Châtel et ses quelques 700 âmes ont pourtant bien failli se voir privés de cette denrée aussi simple que réconfortante ! Lorsque l’habituelle tournée qui assurait la vente de pain à Yèvre dû être annulée pour cause de personnel touché par l’épidémie, un habitant du village, également boulanger dans la commune voisine de Pithiviers, a tout de suite proposé ses services. "Il s’est proposé spontanément pour organiser un service de vente de pain à heure fixe deux fois par semaine, dans cinq points de la commune", confirme le Maire du village, Alain DI STEFANO. "Cela a permis aux personnes qui ne souhaitaient ou ne pouvaient se déplacer de se fournir sur place. Cette initiative a permis de réduire bon nombre de déplacements quotidiens."

Sainte-Suzanne (Mayenne) : Les commerçants "gâtent" les soignants

Dans sa voix transparaît à la fois inquiétude, motivation et modestie. Propriétaire de deux gîtes et d’un café de pays à Sainte-Suzanne, cité médiévale située entre Le Mans et Laval, Carol-Marie GOUTELLE raconte : "Beaucoup d’entre nous sommes très soucieux quant à la reprise de notre activité. Mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas nous impliquer pour notre village. Ce n’est peut-être pas grand-chose mais…". Ce "pas grand-chose", c’est l’organisation d’une collecte de gâteaux et friandises distribués aux professionnels de santé du village(notre photo ci-dessus) mais aussi aux personnels de l’Ehpad et du foyer logement de la ville voisine d’Evron. Communication auprès des habitants, dépôt de bacs de collecte dans différents quartiers du village, récolte limitée aux gâteaux secs et friandises emballés, respect d'un temps de décontamination de 5 jours avant transmission des bacs… Un geste en apparence simple mais qui a nécessité une organisation "bien huilée" et beaucoup de précautions pour apporter à leurs destinataires un réconfort loin d’être superflu…

A SUIVRE dans notre brève de confinement #2 :

Ils vous attendent avec impatience… et imagination ! Avant de retrouver le plaisir de vous accueillir, découvrez comment Les Plus Beaux Villages de France vous font rêver, voyager, danser… autrement !

Posté le 23 avr. 2020 à 14:15