Brève de confinement #2 : Les Plus Beaux Villages de France vous attendent avec impatience... et imagination !
arrowdropmenucross

Brève de confinement #2
Les Plus Beaux Villages de France vous attendent avec impatience... et imagination !

Une fête des roses en septembre, des visites (presque) comme si vous y étiez, les coulisses déco d’un hôtel, une initiation au folklore alsacien… Avant de retrouver le plaisir de vous accueillir, découvrez comment Les Plus Beaux Villages de France vous font rêver, voyager, ou vous distraient… autrement !

Gerberoy, (Oise) : les roses de Picardie… et de septembre

Est-il encore besoin de présenter Gerberoy et son incontournable Fête des Roses créée il y a près de 100 ans ?! Malheureusement, crise sanitaire oblige, ce rendez-vous qui attire chaque année plus de 10 000 visiteurs ne pourra se tenir comme prévu le 7 juin. Qu’à cela ne tienne : rendez-vous est donné le 13 septembre ! « Bien sûr, ce report est conditionné à l’évolution de la situation sanitaire mais que ce soit pour les visiteurs, les restaurateurs du village et les exposants, nous souhaitions garder l’espoir de maintenir la manifestation », explique Françoise GUINEAU, première adjointe à la mairie de Gerberoy. Oui, mais… des roses en septembre…? « Le bouturage de roses anciennes a permis de créer des roses remontantes qui offrent deux floraisons à l’année. Le village sera magnifique aussi en septembre ! » Ajoute-t-elle. Pour faire patienter les visiteurs jusque là, le village s’est lancé le défi de publier quotidiennement une photo sur sa page Facebook. Les passionnés peuvent ainsi admirer la floraison de ce « village des roses », que le peintre post-impressionniste Henri le Sidaner avait largement contribué à embellir. A Gerberoy, optimisme rime avec solidarité : si la Fête des Roses peut en effet se tenir le 13 septembre prochain, l’association organisatrice et la commune ont d’ores et déjà convenu de reverser la moitié des recettes d’entrée à la fête à l’hôpital de Beauvais, situé à une vingtaine de kilomètres.

Des visites (presque) comme si vous y étiez : les Anis de Flavigny (Côte-d’Or)

Veuillez accepter les cookies de YouTube pour lire cette vidéo. En acceptant, vous accéderez au contenu de YouTube, un service fourni par un tiers externe.

Voir la politique de confidentialité de Youtube

Si vous acceptez ces cookies, votre choix sera enregistré et la vidéo se chargera.

Accepter le contenu de YouTube

A 60 kilomètres au nord-ouest de Dijon, Flavigny-sur-Ozerain abrite, dans son ancienne abbaye, une fabrique de bonbons qui ont fait la renommée internationale du village : Les Anis de Flavigny. Habituellement ouvert toute l’année, ce lieu incontournable du patrimoine architectural mais aussi gastronomique du village, attend lui aussi ses visiteurs. Chaque année, ils sont près de 90 000 à venir découvrir les bâtiments de l’abbaye mais aussi l’histoire de ces petites dragées sucrées vendues dans le monde entier dans leurs boîtes ovales à la décoration délicieusement rétro. A la tête de l’entreprise familiale, Catherine TROUBAT ne se laisse pourtant pas abattre : « Bien sûr, nous espérons rouvrir le plus vite possible mais nous mettons cette période à profit pour organiser les futures visites dans les meilleures conditions sanitaires possibles et peaufiner la visite de trois anciens ateliers de la fabrique que nous souhaitons ajouter en nouveauté dans la découverte du musée. Et puis, grâce aux réseaux sociaux, nous restons en contact avec le public ». Depuis le début du confinement, Catherine TROUBAT a en effet lancé sur la page Facebook des Anis de Flavigny, « La Visite des Anis », une série de vidéosqui permet aux gourmands et amoureux du patrimoine de découvrir les différents espaces du site : la fabrique, le musée des Anis, la boutique, la librairie, le café… Mais aussi la crypte de l’abbaye et même le village, dont elle est la plus fervente ambassadrice. A ceux qui pourraient craindre que le sujet ne soit défloré, elle répond « On ne montre jamais trop. Et puis l’odeur, le goût, la rencontre où l’émotion que peuvent susciter ce genre de découverte, on ne les a que lorsque l’on vient ».

Et si on changeait la déco ? Entrez dans les coulisses de l’hôtel « Le Bailliage » à Salers (Cantal)

Perché à 950m d’altitude au milieu des volcans d’Auvergne, le village de Salers est une étape incontournable pour qui souhaite découvrir le patrimoine et le terroir typiques de la région. Créé il y a plus de 50 ans, l’hôtel*** Le Bailliage fait figure d’institution dans le village. Une institution qui, comme la grande majorité des acteurs du secteur touristique, s’est vue contrainte à la fermeture par la crise sanitaire. Marion BANCAREL, qui a repris en 2020 l’établissement familial, met néanmoins tout en oeuvre pour tirer un bénéfice positif de la situation : « Nous avons décidé d’avancer les travaux de rénovation que nous avions planifiés pour l’hiver prochain et dont nous avions heureusement déjà obtenus les financements. On réfléchit à l’esprit qu’on veut donner à une ancienne chambre, on recherche le mobilier, on crée des fiches de déco et on les publie sur les réseaux sociaux. Cela permet de montrer à nos clients que notre maison est toujours bien vivante et qu’on pense à l’avenir pour les accueillir au mieux à la réouverture. C’est également un moyen de rester en lien avec eux ». A en juger par la nature des autres publications postées par l’hôtelière, mettant en avant les producteurs locaux ou les atouts du territoire, on comprend que ses préoccupations économiques vont bien au-delà de sa propre activité. Elle confirme : « Le deuxième avantage est pour le tissu économique local. En cette période difficile pour tout le monde, nos petits travaux permettent de donner du travail aux artisans locaux et ce en toute sécurité puisqu’ils sont absolument seuls dans le bâtiment. C’est donc gagnant-gagnant ! ».

A Hunspach (Bas-Rhin), la terre ne s’arrête pas de danser !

Veuillez accepter les cookies de YouTube pour lire cette vidéo. En acceptant, vous accéderez au contenu de YouTube, un service fourni par un tiers externe.

Voir la politique de confidentialité de Youtube

Si vous acceptez ces cookies, votre choix sera enregistré et la vidéo se chargera.

Accepter le contenu de YouTube

A Hunspach, village de « l’Outre-Forêt », au nord de l’Alsace, la tradition du folklore reste bien vivace et transcende les générations : pas moins de 70 membres, dont une quinzaine d’enfants, constitue le groupe folklorique du village ! Les mesures de confinement ont forcément donné des fourmis aux pieds des danseurs (et aux mains des musiciens !) qui souhaitaient continuer de pratiquer et de partager leur passion : « En temps normal, nous nous produisons dix à vingt fois par an dans des fêtes de villages notamment », raconte Elodie BLATTNER, membre du groupe. « Nous avons du justement annuler notre principal événement : la Fête du Folklore de Hunspach qui est la grande fête du village et de toutes ses associations. Mais nous souhaitions montrer que notre groupe restait actif. L’une de nos danseuses, dont le fils maîtrise les techniques de montage, a proposé que nous fassions une vidéo à partager sur les réseaux sociaux. On s’est mis d’accord sur une danse pour que ça ait un peu d’allure ! » ajoute-t-elle avec enthousiasme. Ainsi, près d’une vingtaine de membres du groupe ont participé à ce projet, se filmant qui, sur sa terrasse, qui, dans son salon, ou même dans l’étable de sa ferme ! Chaque danseur devait par ailleurs porter une pièce du costume traditionnel que les « spectateurs » seraient invités à reconnaître. « J’avoue que nous avons beaucoup ri à distance avec cette vidéo », ajoute Elodie BLATTNER. « Lorsque je me suis filmée sur ma terrasse, les voisins, attirés par la musiques, sont sortis de chez eux et se sont mis à applaudir ! ». Ou quand la modernité se met, avec humour, au service des traditions culturelles !

-----------------------------------------------------

Brèves de brèves… Pour le plaisir des habitants (aussi !)

A Montsoreau (Maine-et-Loire), le confinement, c’est de la tarte (aux fraises) !

Pour distraire les habitants durant cette période de confinement, l’imagination n’a pas de limite. C’est ce que nous prouve la boulangerie-pâtisserie Besnard, installée dans le village de Montsoreau, avec son « kit confinement tarte aux fraises et challenge photos ». Le principe : l’artisan fournit aux clients participants un kit comprenant l’ensemble des ingrédients nécessaire à la réalisation d’une tarte aux fraises (pâte sablée prête à l’emploi, crème pâtissière, fraises d’un producteur local…). Une fois rentrés chez eux, les apprentis pâtissiers postent la photo de leur réalisation sur la page Facebook de l’établissement pour concourir au plus joli dressage et tenter de remporter quelques surprises ! Une idée originale sympathique et gourmande !

A Ségur-le-Château (Corrèze), la musique adoucit les moeurs !

Chaque soir, de 19h15 à 19h45, c'est musique populaire à Ségur-le-Château! La municipalité à confié son matériel audio aux propriétaires du château qui ont trouvé un point stratégique sur le site afin que la musique se diffuse dans tout le village. Après le plaisir des yeux des habitants, qui ont redécouvert le château récemment délierré, s'ajoute celui des oreilles !

Aux Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône), informer et distraire vont de pair.

Chaque semaine, l’Office de Tourisme des Baux-de-Provence diffuse aux habitants une newsletter qui présente un panel d’informations utiles et pratiques en lien avec la situation sanitaire - mesures actualisées du gouvernement, accès aux services communaux et aux commerces alimentaires, idées et dispositifs pour soutenir les acteurs économiques… - mais aussi des informations plus « légères » : de guides de jardinage sur les essences locales, aux recettes de chefs-restaurateurs du village en passant par des idées d’activités pour les enfants… Un véritable hebdo en ligne où chacun peut trouver son bonheur !

-----------------------------------------------------

Retrouvez également notre Brève de confinement #1 - Les Plus Beaux Villages de France avant tout, des espaces de vie solidaires.

-----------------------------------------------------

Posté le 5 mai 2020 à 08:03